Société

Théodora Djeneba Traoré : une femme leader qui vient de loin

Elle est venue au monde dans le quartier Zangwettin de Ouagadougou. Elle a grandi dans un carré rempli de filles de joie et de consommateurs de stupéfiants mais elle a su sortir la tête de ce merdier pour devenir aujourd’hui une femme d’affaires prospère au parcours qui inspire. Nous l’avons trouvé à ses bureaux de l’entreprise UNIBETON au quartier Paag-la-Yiri de Ouagadougou.

Bureau feutré, fauteuils moelleux, réfrigérateur garni, la patronne de l’entreprise UNIBETON INTERNATIONAL SARL est aujourd’hui une femme comblée. C’est son entreprise qui a décroché le contrat d’aménagement du barrage de  Loropeni. Après quelques années d’existence, UNIBETON INTERNATIONAL SARL décroche plusieurs contrats avec les structures privées et étatiques. Le sérieux au travail et la rapidité à l’ouvrage sont la carte de visite de Théodora Djeneba Traoré. Il faut dire que Théodora  est une vraie battante toujours en quête de l’excellence.

Elle a quitté l’école en  classe de 5ème

Issue d’une famille polygame de trois épouses dans une cour familiale qui comptait plus de 43 personnes, Théodora Djeneba va voir son cursus scolaire, s’écourter. Elle devra quitter les bancs en classe de 5ème mais ne va pas baisser les bras pour autant. « Je n’aime pas rester à ne rien faire, donc à chaque fois il faut que je travaille », dit-elle.  Elle sera tour à tour, frigoriste, mécanicienne moto et auto et camera-woman entre autres avant d’arriver dans le bâtiment, d’abord par la gestion d’une quincaillerie, la vente de matériaux de construction et maintenant l’entreprise UNIBETON INTERNATIONAL SARL.

Théodora force une entreprise de froid à la recruter

« Je suis allé voir une entreprise de froid pour demander du travail et le patron a dit qu’il ne recrute pas de fille ; je suis repartie une deuxième fois et cette fois le patron s’est mis en colère et m’a chassé parce qu’il m’avait déjà dit qu’il ne voulait pas embaucher de fille. Mais en partant j’ai bien regardé l’uniforme de la société et l’écriture qu’il y avait dessus. Je suis alors allé reproduire exactement la tenue et un lundi j’ai porté l’uniforme et je suis allé à l’atelier. Quand le patron est arrivé il a éclaté de rire en disant que j’étais têtu, mais je suis resté ».

Cette anecdote permet de comprendre la personnalité de Théodora Djeneba Traoré, une dame déterminée et qui ne recule pas devant les épreuves de la vie. Elle regrette néanmoins que les services des impôts n’accompagnent pas assez les entreprises en leur accordant des facilités de paiement, surtout que selon l’entrepreneure,  les activités commerciales au Burkina ont connu une morosité pendant trois années à cause de la crise politique.

« Tu ne vaux pas mieux que ma femme à la maison… »

Ce n’est pas facile avec certains employés sur les chantiers. Beaucoup de burkinabè rechignent encore à accepter le leadership des femmes. Et il n’est pas rare d’entendre un employé murmurer : « Tu ne vaux pas mieux que la femme que j’ai à la maison… » Pour Théodora qui aime aller sur le terrain pour contrôler ses chantiers, cela est vraiment déplorable et je pense que dans ces conditions, c’est mieux alors qu’ils laissent le travail et retournent à la maison. Certains mêmes lui disent qu’elle est trop petite pour leur donner des ordres. Il faut dire que Théodora Djénèba Traoré ne fait pas ses 39 ans. Elle fait plutôt penser à une fille de 25 ans avec son mètre 67 et ses 65 kilogrammes. C’est donc une femme à l’allure sportive qui dirige l’entreprise UNIBETON INTERNATIONAL SARL qui embauche 10 salariés permanents et à peu près 70 agents contractuels par chantier. En ce mois d’octobre 2017, elle a 04 chantiers en cours d’exécution.

J’ai de la chance d’avoir mon mari.

« Je remercie Dieu tous les jours de m’avoir donné un tel mari. Il me soutient beaucoup et c’est quelqu’un qui peut rire et s’amuser avec tout le monde mais dès que tu manques de respect à sa femme, tu ne vas plus le reconnaitre. Il devient alors très féroce.  Il est ingénieur Bâtiment et malgré ses charges dans sa propre entreprise, il m’aide également pour mes marchés. Il me donne des conseils et m’encourage tous les jours. J’ai vraiment de la chance ». C’est vrai que ce milieu est un milieu masculin, poursuit-elle « pas plus tard qu’hier j’étais à une réunion dans un ministère avec toutes les entreprises attributaires de marché du ministère et j’étais la seule femme ». Les uns et les autres se sont crus obliger à la fin de me féliciter pour ma présentation tout en ajoutant : « surtout que vous êtes une femme… ». je crois que les femmes peuvent aussi faire de bonnes choses si on leur fait confiance.

 

Nous ne sommes pas des sous-hommes parce que nous sommes des femmes…

« C’est pour cela que je dis à toutes les femmes et les jeunes filles de ne pas avoir peur. Nous ne sommes pas des sous-hommes parce que nous sommes des femmes. Il faut donc croire en soi et oser. Rien est acquis à l’avance donc il faut se battre  et surtout croire en Dieu ». Théodora Djeneba est une vraie croyante. A son cou l’on peut apercevoir une croix symbolisant son appartenance religieuse. Un chapelet catholique est également accroché au rétroviseur interne de son véhicule 4X4 de luxe garé devant son entreprise : « C’est vrai que je suis née musulmane mais j’ai toujours du mal à prononcer ce que je ne comprends pas alors que dans la religion musulmane on ne faisait réciter des sourates en arabe donc très tôt j’ai préféré aller dans le catholicisme parce que je comprenais ce que je disais et quand je prie c’est comme si je parlais directement à Dieu ».

La danse comme passion

Théodora Djénéba Traoré est la sœur cadette de l’artiste chanteur et comédien Ali Traoré alias Ali Ponré. Elle a donc dansé pour son frère lors de ses spectacles, mais aussi pour la grande chanteuse Amety Meria avec laquelle elle fera même une tournée en Côte d’Ivoire et aussi pour l’artiste Ousmenez. « J’aime beaucoup danser et même aujourd’hui je dans parfois chez moi avec mes enfants ». La patronne de UNIBETON INTERNATIONAL SARL est mariée et mère de 04 enfants dont l’ainée à 16 ans. Elle a deux filles et deux garçons dont le dernier a un an et demie.  Un exemple de femme battante qui concilie vie de foyer et vie professionnelle avec beaucoup de brio. Nous l’avons trouvé à son bureau avec le petit dernier auquel elle donnait à manger et c’est sous notre insistance qu’elle a finalement accepté de s’ouvrir à nous car sa réserve est proportionnelle à sa détermination. « Je n’aime pas que l’on parle de moi. Vous pouvez parler de l’entreprise si vous voulez parce que ce que nous voulons, c’est que UNIBETON INTERNATIONAL SARL soit la référence en matière de qualité du travail bien fait », nous dira-t-elle.  Nous souhaitons cependant retenir, que peu importe nos conditions d’origine, nous pouvons toujours réussir si nous y mettons de la passion.

 Topinfoplus.com

 

 

© 2017 TopInfoPlus. tous droits réservés.Design & Development by Nekmaam