Société

Les peulhs du Mali et du Burkina en ont marre

Encore des peuls tués sur de simples accusations, cette fois ci, de pactiser avec les terroristes. Dans le passé c'était pour des conflits entre éleveurs et agriculteurs.

La communauté peule vivant  principalement entre le Mali et le Burkina en a marre d'être toujours prise pour cible, sans que grand chose ne soit fait par les autorités. 

Après plusieurs réunions, déjà sous la transition politique au Burkina, cette communauté à failli se rebeler et il a fallu de fortes négociations des politiques qui ont promis à l'époque de prendre des mesures fortes. S'en sont suivi des campagnes de sensibilisation sur le vivre ensemble et sur les conflits éleveurs agriculteurs. 

Des campagnes médiatiques mais aussi in situe. Mais depuis que le terrorisme à pris de l'ampleur, la communauté peule est devenue le souffre douleur des victimes. Au Mali plusieurs dizaines de peules ont été ainsi tues et chassés de leurs villages après des attaques.  

10 peuls tués le jour de l'an dans le village de Yiourghou au Burkina pour venger l'assassinat d'un chef de village et ses 03 enfants. Voici le drame qui a plongé toute la communauté dans l'émoi.

La situation des peulhs présente des analogies avec celle des juifs en occident. Comme les juifs, les peulhs sont dispersés dans plusieurs pays.  Comme les juifs également, on les dit malins, fourbes, et radins et ces accusations viennent principalement de la communauté moaga.

Cela est un vrai paradoxe si l'on sait que le plus grand héros du Burkina moderne est un Silmimoaga, c'est à dire littéralement traduit  moitié peul et moitié Moaga.  Il s'agit bien entendu de Thomas Sankara qui doit bien se retourner dans sa tombe quand il voit tout ceci.  

Les autorités burkinabè se doivent d'agir promptement et en profondeur en associant des sociologues pour ne pas se retrouver avec une rébellion sur les bras.

Wendkouni Nazé 

Topinfoplus.com 

 

 

Topinfoplus.com 

© 2017 TopInfoPlus. tous droits réservés.Design & Development by Nekmaam