Société

Fricacoin, une nouvelle monnaie faite par des africains pour des africains

Ils étaient près de 300 personnes à prendre part à la grande conférence internationale sur Fricacoin, crypto-monnaie panafricaine, le samedi 10 novembre 2018, à Ouagadougou. Ces Burkinabè qui entendent être acteurs du développement de l’Afrique, à travers le numérique, se sont mobilisés massivement pour écouter le célèbre géostratège et journaliste de Afrique Media TV, par ailleurs, initiateur avec d’autres africains de la diaspora de la crypto-monnaie panafricaine, Fricacoin.

 

« Conférence internationale sur le puissant moyen de transfert d’argent international PayKap/Fricacoin créé par les africains pour les africains ». C’est sous ce thème que s’est tenue la conférence internationale et sur Paykap/Fricacoin. Et c’est dans une cuvette du Conseil burkinabè des chargeurs (CBC) pleine comme un œuf que l’événement s’est déroulé sous la participation massive de Burkinabè venus des 13 régions du pays. La conférence a été assurée par le DG de Paykap Fricacoin, le Dr en économie, Dalvarice Ngoundjou, assisté par le coordonnateur national de Paykap/Fricacoin, Mamadou To, et du représentant régional de l’Afrique de l’Ouest. Le principal conférencier a tenu à expliquer aux participants les opportunités qu’offre Fricacoin, crypto-monnaie à vocation panafricaine. A l’entendre, cette crypto-monnaie est une occasion pour sortir l’Afrique de la pauvreté. « En ce monde marqué par l’évolution de la technologie, Fricacoin est une alternative à la pauvreté et une occasion pour l’Afrique de sortir enfin la tête de l’eau », a martelé Dr Dalvarice Ngoundjou, sous les applaudissements de l’assistance. Déjà, 65 000 personnes se sont déjà inscrites à la plateforme Paykap (moyen de transfert d’argent) et Fricacoin. « C’est un chiffre qui est considérable. Avec cette conférence, c’est un chiffre qui va crescendo. Nous comptons que cette solution puisse améliorer le niveau de vie des Burkinabè », a souhaité le Dr Dalvarice Ngoundjou.

2500 Burkinabè déjà inscrits, une équipe installée pour faciliter l’adhésion des désirants

« Cette conférence vient à point nommé. Le monde bouge et surtout le monde du numérique. Il est temps que l’Afrique puisse se mettre au même niveau que les pays développés. C’est pourquoi nous avons souhaité la tenue de cette conférence internationale », a expliqué Mahamadou To, coordonnateur national de PayKap/Fricacoin. Foi de Mahamadou To, près de 2500 Burkinabè ont déjà manifesté leur intérêt vis-à-vis de cette initiative en achetant des pièces de Fricacoin. « Cette conférence nous galvanise davantage et je pense que les inscriptions vont se poursuivre pour qu’il y ait assez de membres burkinabè. Un bureau de formateurs est déjà mis en place afin de faciliter l’inscription de nos concitoyens à la plateforme », a fait savoir le président national, qui a lancé un vibrant appel à l’ensemble des Burkinabè à répondre à l’appel du développement en s’inscrivant massivement sur la plateforme Fricacoin.

S’exprimant à notre micro, Brice Wilfried Bama, participant à la conférence, n’a pas caché sa satisfaction de sacrifier de son temps pour prendre part à l’événement. Pour lui, le jeu en valait la chandelle. « A l’issue de cette conférence j’ai trouvé que le projet sur Fricacoin est vraiment immense. J’invite mes frères Burkinabè à se lancer dans ce projet. C’est une occasion de participer à la transformation de l’Afrique. Avec ce projet l’Afrique peut faire un bon spectaculaire comme la Chine et même plus », a-t-i laissé entendre.

Le directeur général de Paykap/Fricacoin a mis à profit son séjour dans la patrie des hommes intègres pour signer une convention entre Paykap/Fricacoin et une microfinance de la place, à savoir Laafi Sira Kiégo, forte de 39 agences disséminées sur le territoire national. 

Qu’est-ce-que PayKap/Fricacoin ?

Pour le DG de Paykap/Fricacoin, Fricacoin est un jeton que l’on utilise comme un financement participatif. « En d’autres termes, c’est le moyen de financement ou le mécanisme de financement que nous utilisons pour financer la plateforme de transfert d’argent Paykap. De manière simple, si quelqu’un achète des Fricacoin en euros, l’ensemble de cet argent est utilisé pour financer PayKap », a dit le DG tout en confiant « qu’à terme, Fricacoin sera le futur de la blockchaine africaine ».

 

Lassané SAWADOGO

Topinfoplus.com 

© 2017 TopInfoPlus. tous droits réservés.Design & Development by Nekmaam