michel_800x100_2.jpg
Politique

Le dernier discours de Roch Marc Christian Kaboré en tant que président du G5 Sahel...

SIXIEME SESSION ORDINAIRE DE LA CONFERENCE DES CHEFS D’ETAT DU G5 SAHEL 

DISCOURS D’OUVERTURE DE SON EXCELLENCE MONSIEUR ROCH MARC CHRISTIAN KABORE, PRESIDENT DU FASO 

Nouakchott,  le 25 février 2020 

 

Excellence, Monsieur Mohamed Ould El-Ghazouani, Président de la République Islamique de Mauritanie

Excellences Messieurs les Chefs d’Etat 

et de Gouvernement

Mesdames et Messieurs les Présidents d’Institutions

Mesdames et Messieurs les Ministres

Monsieur le Secrétaire Permanent du G5 Sahel

Monsieur le Commandant de la Force Conjointe du G5 Sahel

Mesdames et Messieurs

 

Avant tout propos, permettez-moi d’adresser mes vifs remerciements à mon frère, Son Excellence Mohamed Ould El-Ghazouani, Président de la République Islamique de Mauritanie, au gouvernement et au peuple mauritaniens, pour l’accueil chaleureux dont nous sommes l’objet depuis notre arrivée dans cette belle ville de Nouakchott. 

 

Je voudrais, également, saluer la présence de mes frères, Ibrahim Boubakar Keita, Issoufou Mahamadou et Idriss Deby Itno et leur exprimer ma gratitude et mon appréciation pour leur implication personnelle dans la conduite des affaires du G5 Sahel, durant mon mandat.

 

Je tiens, enfin, à remercier l’ensemble de nos partenaires et amis du G5 Sahel pour leurs engagements constants à nos côtés, ainsi que pour les nombreux efforts qu’ils déploient, afin de redonner espoir aux populations du Sahel qui aspirent à la paix, à la sécurité et à la prospérité. 

 

Je saisis l’occasion qui m’est donné, pour féliciter le Secrétaire Permanent pour le travail appréciable qu’il accomplit, avec toute son équipe. 

 

Excellences

Mesdames et Messieurs

 

Depuis le 05 février 2019, le Burkina a eu la responsabilité de conduire la destinée de notre institution commune. Notre présidence s’est déroulée dans un contexte marqué par la recrudescence des attaques terroristes dans les pays du G5 Sahel, principalement, au Burkina Faso, au Mali et au Niger. 

 

Cette situation a occasionné de nombreuses pertes en vies humaines, de nombreux blessés, des dégâts matériels importants, des déplacements massifs de populations ainsi qu’un dysfonctionnement dans l’offre des services sociaux de base.

 

L’éducation a été fortement perturbée, suite à l’accentuation des attaques dans les zones fragiles et frontalières, qui a entrainé le déplacement des populations, l’augmentation des réfugiés internes, la fermeture des écoles et la destruction des infrastructures avec entre autres, avec pour conséquences une crise humanitaire sans précédent au Sahel. 

 

La multiplication des conflits intercommunautaires a également affecté la cohésion sociale et le vivre-ensemble. 

 

Malgré cela, des personnels civils, paramilitaires et militaires œuvrent au quotidien, et au péril de leur vie, pour assurer les services d’éducation, de santé et de sécurité pour garantir la sécurité des populations de notre espace. C’est le lieu pour moi de leur rendre un vibrant hommage. 

 

En votre nom à tous, je voudrais saluer leur professionnalisme, leur courage et leur abnégation et souhaiter un prompt rétablissement aux blessés.

 

Excellences

Mesdames et Messieurs

 

Lors de la 5ème session ordinaire de la Conférence des Chefs d’Etat des pays du G5 Sahel, tenue le 05 février 2019, à Ouagadougou, j’avais défini les quatre priorités suivantes de la présidence burkinabè du G5 Sahel :

- le renforcement des actions d’opérationnalisation de la Force conjointe ; 

- la mise en œuvre des projets prioritaires ;

- le renforcement des capacités du Secrétariat permanent ;

- le renforcement de la résilience des femmes et des jeunes, de la cohésion sociale et celles des droits humains. 

 

A ces priorités s’ajoutaient les actions transversales de pilotage, aux fins de renforcer notre diplomatie.

S’agissant de la première priorité, qui avait pour objectif de renforcer les actions d’opérationnalisation de la Force conjointe, les résultats suivants ont été atteints :

- l’installation du Comité de Soutien, en tant que structure de gestion du fonds fiduciaire de la Force conjointe et la poursuite de la mobilisation des ressources, suite aux différentes annonces enregistrées ;

- le renforcement des capacités opérationnelles de la Force conjointe, en qualité et en nombre, par l’organisation d’une vingtaine de sessions de formation au profit de plus de 300 éléments de la Force conjointe; 

- l’adoption du statut relatif au personnel de la Force conjointe, l’adoption du Protocole d’échanges de renseignements entre la Force conjointe, les Etats membres et la Force Barkhane ;

- la révision de l’accord technique, signée entre la Mission Multidimensionnelle Intégrée des Nations-unies pour la Stabilisation au Mali, l’Union Européenne et le G5 Sahel ;

- l’opérationnalisation de la Composante police, par l’organisation de sessions de renforcement des capacités du personnel mobilisé dans le cadre de la Composante police, l’effectivité de la présence des prévôts au sein des bataillons et la signature du Protocole d’Accord entre Interpol et le G5 Sahel ;

- l’organisation de rencontres de plaidoyer pour l’obtention d’un mandat des Nations Unies au profit de la Force conjointe du G5 Sahel. Toutefois, le mandat n’ayant pas été obtenu, le plaidoyer devrait se poursuivre avec la prochaine présidence en exercice ;

- la mise à disposition de moyens roulants notamment des véhicules blindés, par les partenaires, de l’Union européenne.

 

Relativement à la priorité 2, trois importantes actions ont été enregistrées, notamment :

- l’élaboration du canevas de suivi du Programme d’investissements prioritaires (PIP) et la mise en place d’un dispositif de suivi au niveau de chaque pays ;

- le démarrage de l’étude de faisabilité de la ligne de chemin de fer du G5 Sahel ;

- l’application de la résolution portant suppression des frais d’itinérance dans les pays du G5 Sahel. 

 

Il convient de souligner que la réalisation des projets prioritaires de développement a été, sérieusement, affectée par la détérioration de la situation sécuritaire, surtout au niveau du fuseau centre.

 

Concernant la priorité 3, qui avait pour objectif le renforcement des capacités du Secrétariat permanent, nous sommes parvenus à l’adoption de la stratégie de communication du G5 Sahel et à celle du rapport de l’audit organisationnel du Secrétariat permanent, dont les recommandations sont en cours de mise en œuvre.

 

La mise en œuvre des actions au titre de la priorité 4, a permis d’engranger les acquis suivants :

- la tenue de la réunion des ministres en charge du genre des pays membres du G5 Sahel ;

- la finalisation du plan d’actions stratégique de la Plateforme des femmes du G5 Sahel ; 

l’élaboration d’un document de plaidoyer sur la problématique des enfants privés d’éducation dans les pays du G5 Sahel ;

- la mise en place de la coordination des Conseils nationaux de la jeunesse (CNJ).

 

Excellences

Mesdames et Messieurs

 

Au plan diplomatique, plusieurs actions ont été menées au cours de la présidence du G5 Sahel. On peut citer, entre autres :

- la tenue, le 14 mai 2019, à Bruxelles, de la réunion entre les ministres des Affaires étrangères et de la Défense des pays membres de l’Union européenne et leurs Homologues du G5 Sahel qui a permis d’évaluer l’opérationnalisation de la Force conjointe du G5 Sahel, et de faire le point des annonces de contributions à ladite force ;

- la tenue du sommet extraordinaire du G5 Sahel avec la présence de la Chancelière allemande, Angela Merkel, le 1er mai 2019, à Ouagadougou ;

- la tenue de la conférence des Chefs d’Etat sur l’initiative « desert to power », porté par les Etats membres du G5 Sahel et de la Banque africaine de développement (BAD) ;

- l’organisation d’un Sommet extraordinaire de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l'ouest (CEDEAO), sur la sécurité, à Ouagadougou, élargi à la République Islamique de Mauritanie, et à la République du Tchad;

- l’organisation de la 4ème session extraordinaire de la Conférence des Chefs d’Etat du G5 Sahel, le 15 décembre 2019, à Niamey ;

- la tenue de la rencontre annuelle entre les ministres en charge des Affaires étrangères du G5 Sahel et la Haute représentante de l’Union européenne, qui a permis d’enregistrer une annonce additionnelle de 138 millions d’euros de la part de l’Union européenne au profit de la Force conjointe ;

- la participation au Sommet de Pau, (en France), sur le Sahel le13 janvier dernier.

 

Excellences, Messieurs les Chefs d’Etat 

et de Gouvernement

honorables invités

 

Il me parait utile d’appeler votre très haute attention sur l’importance de certaines activités, qui ont été initiées et mises en œuvre, et dont la poursuite et la consolidation aideraient les sahéliennes et les sahéliens, dans leur lutte résolue contre les groupes armés terroristes.

 

Ainsi, permettez-moi de saisir l’opportunité de nos présentes assises, pour m’acquitter d’un devoir : celui de vous informer qu’un colloque international ayant rassemblé du 5 au 7 novembre 2019 à Ouagadougou, les femmes leaders de nos pays du G5 Sahel, ainsi que celles du Rwanda et du Burundi, autour du thème « Processus de réconciliation nationale et cohésion dans un contexte de lutte contre l’extrémisme violent et le terrorisme : rôle et responsabilité des femmes leaders », a abouti à des conclusions précieuses. En effet, il a permis aux femmes de formuler des conclusions importantes, dont celle relative au renforcement du leadership féminin. Il a également été marqué par l’appel de Ouagadougou, un appel vibrant que j’ai reçu en votre nom, en notre nom à tous, et il me plait de réitérer ici, à tous les acteurs de ce colloque, la grande appréciation que nous avons, de cet engagement des femmes leaders de nos pays, à accompagner de leur temps et de leurs talents, les efforts dans la lutte, qui est la nôtre, contre le fléau du terrorisme et de l’extrémisme violent.

 

Je suis persuadé que mon frère, le Président Ould El-Ghazouani, à qui je transmets le flambeau, tiendra en bonne place, cet appel de Ouagadougou, qui a été lancé sous l’égide des Premières Dames du Mali et du Burkina Faso.

 

Par ailleurs, la conférence des ministres de la culture du G5 Sahel, tenue à Ouagadougou, du 15 au 17 janvier 2020, a connu la participation de tous les cinq ministres de notre organisation. 

Le rapport de ladite conférence révèle que la promotion et la valorisation des valeurs culturelles partagées dans notre espace peuvent constituer une contribution décisive, dans la lutte contre l’extrémisme violent, la radicalisation, bref une réponse efficace aux velléités des groupes armés terroristes de nous imposer un obscurantisme, à jamais révolu.

 

Au titre des activités du réseau biosûreté de notre organisation sous-régionale, permettez-moi de souligner :

- le renforcement des capacités en matière de biosécurité et de biosûreté des agents de santé des pays du G5 Sahel ;

- la dotation de chaque pays du G5 Sahel en équipements, consommables et réactifs en quantité suffisante pour la confirmation en temps réel des maladies hautement pathogènes ;

- la formation continue de l’équipe d’intervention rapide (EIR) du G5 Sahel ;

- le déploiement des EIR du G5 Sahel et de la Tunisie au camp militaire Ouézzin Coulibaly à Bobo-Dioulasso, au Burkina Faso du 27 octobre au 08 novembre 2019.

 

Excellences

Mesdames et Messieurs

 

Le mandat, que vous m’avez confié, prend fin. Je vous remercie tous pour la confiance et le soutien que vous m’avez apportés.

 

Pendant un an, je me suis engagé à maintenir vivace le flambeau allumé en 2014 pour le retour de la paix et le renforcement du développement dans les zones prioritaires de notre espace commun. Aujourd’hui plus que jamais, notre salut individuel et collectif réside dans la poursuite de ces objectifs.

 

Aucun de nos pays ne pouvant, à lui seul, vaincre le terrorisme, nous avons un destin lié et c’est ensemble que nous triompherons de ce fléau.

 

Au moment où commence le mandat de mon homologue et frère, le Président de la République islamique de Mauritanie, je fonde l’espoir que cet engagement se poursuivra à travers l’appui des partenaires des États du G5 Sahel au moyen de l’accroissement de leur assistance et de leur soutien face aux nouveaux défis humanitaires que constituent les déplacés internes, les réfugiés et l’anéantissement des services sociaux de base. 

 

Je souhaite plein succès à nos travaux et c’est sur cette note d’espoir que je déclare ouverts les travaux de la sixième session ordinaire de la Conférence des Chefs d’Etat du G5 sahel. 

 

Je vous remercie.

© 2017 TopInfoPlus. tous droits réservés.Design & Development by Nekmaam