Culture

Kadi Zerbo: mon premier cachet était de 2500 FCFA...

Grande comédienne burkinabè, Kadi Zerbo n’est plus à présenter aux cinéphiles et téléspectateurs. Venue au cinéma en 1992 sous la houlette du réalisateur Michel Bossofa Somé, Kadi Zerbo se livre au micro de Topinfoplus.com

 

 

Topinfo Plus : On connait la comédienne Kady Zerbo mais que peut-on retenir de la petite fille Kady Zerbo enfant ?

Kadi Zerbo : Je suis née à Mopti 5è région du Mali au milieu du fleuve le Bani. J’ai eu une enfance difficile car j’étais très maladive. J’ai fait la moitié de mon enfance à Mopti et un peu à Tougan. J’ai d’abord fait l’école coranique et à 09 ans je suis allée à l’école classique. J’étais très turbulente et ma mère passait le temps à me chicoter. Mais je suis jusqu’aujourd’hui l’enfant chérie de mon père. Il veut tout le temps me voir. Et quand je suis malade là c’est pire. A la limite c’est lui qui me fait pitié tant, je sens qu’il souffre quand je suis malade.

 

Topinfo Plus : les relations étaient donc plus difficiles avec ta maman ?

 

Kadi Zerbo : Ma mère était tellement dure avec moi que je me rappelle qu’une voisine m’a demandé si c’était ma vraie mère. Moi-même je me suis cachée un jour pour regarder son acte de naissance afin de vérifier que c’est le même nom qui est sur mon acte de naissance et j’ai vu que c’était le même nom. Pendant longtemps je me suis posé beaucoup de questions mais maintenant je comprends que c’était pour mon bien. Elle voulait que je sois une bonne personne.

 

Topinfo Plus : Comment es-tu venue au cinéma ?

Kadi Zerbo : J’ai commencé à la radio Arc-en-ciel en 1992.  C’est dans les couloirs de la radio que le réalisateur Michel Somé Bossofa m’a remarqué. Et un jour il cherchait une fille dans mon genre pour un rôle mais il ne connaissait pas mon nom. Il est alors venu à la radio et à dit qu’il cherchait une fille qui travaille ici, un peu turbulente et qui parle tout le temps dioula, tout le monde a su que c’était moi et on m’a appelé.  Quand je lui ai dit que je ne savais pas faire du cinéma il m’a dit de venir seulement et il m’a fait jouer un second rôle. Tout le monde était content, on m’a félicité et encourager et voilà. C’était mon premier contrat et j’ai été payé à 2500 FCFA. J’étais très contente, donc merci à Michel Bossofa Somé qui est aujourd’hui devenu un chef de village.

 

Topinfo Plus : Quelle autre activité fais-tu en dehors du cinéma ?

 

Kadi Zerbo : Je suis secrétaire dans une direction du ministère de la santé et j’ai toujours eu la chance d’avoir des chefs de service très compréhensifs. Quand j’ai un tournage et que je demande la permission, ils me l’accordent pour aller tourner.

 

Topinfo Plus : que reponds-tu à ceux qui disent que tu es bagarreuse ?

Kadi Zerbo : Rire La bagarre ça arrive souvent parce que je ne peux pas comprendre quelqu’un qui a tort et qui ne veux pas le reconnaitre. Ça m’énerve et quand je parle on dit que je suis bagarreuse. Moi j’aime la vérité et je la dit crument mais j’ai remarqué que les africains n’aiment pas beaucoup la vérité.

 

Topinfo Plus : Tu as joué plusieurs rôles au cinéma mais quel est celui qui te plait le plus ?

Kadi Zerbo : (Éclat de rire). J’aime beaucoup les rôles de bagarre, les rôles ou je prends le dessus et les rôles ou je commande les hommes. Par exemple dans la série Ina dans laquelle je jouais le rôle de la maitresse de Serges Henry et je lui menais la vie impossible ainsi qu’à sa femme.

 

Topinfoplus.com

 

© 2017 TopInfoPlus. tous droits réservés.Design & Development by Nekmaam