Culture

Hakilitan de Issiaka Konaté en course pour l'Etalon d'or du FESPACO

Une cuisse de femme dans de la fine lingerie avec un couteau dans un étui rouge collé à la cuisse. Voici l'une des premières images de ce long métrage burkinabè en compétition pour l'Etalon d'or de Yennega qu FESPACO 2019.

Les premières images sont sans parole mais elles communiquent par le symbole. Puis une scène attendrissante de 02 enfants devant une télévision. 

"Faites entrer le condamné"!  Cette phrase ramène une atmosphère pesante dans le film . Table dressée, couleurs rouge et noir prédominante, l'on se croit dans un monde parallèle.

On a ensuite l'impression de revenir à la réalité avec l'apparition de l'immense réalisateur Gaston Kaboré à l'écran, faisant un plaidoyer pour la conservation du cinéma africain.

Le même plaidoyer est ensuite développé par le réalisateur malien Cheik Omar Cissoko qui s'emeut de la destruction de la cinémathèque de Ouagadougou.

Le film est très subtile. Avec des scènes dans les quelles on entend pas les voix, des sauts d'images,  mises exprès pour montrer la mauvaise conservation des archives. 

Sam l'acteur principal vit aussi une histoire d'amour avec la belle  Daouda. Cette histoire d'amour est une analogie d'avec les archives du cinéma africain. 

Sam est condamné à mort pour avoir trahi Daouda mais en réalité c'est pour avoir laissé bruler la cinémathèque du Burkina. D'ailleurs la cinémathèque sis au siège du FESPACO encore surnommée la maison des génies par certains, est l'un des principaux  décors de ce long métrage. 

Topinfoplus.com 

© 2017 TopInfoPlus. tous droits réservés.Design & Development by Nekmaam